BRONSON – Bronson LP + Bronson Remixes EP 1, Remixes EP 2 & Remixes EP 3

BRONSON – Bronson LP + Bronson Remixes EP 1, Remixes EP 2 & Remixes EP 3

« L’album du moment » sur EMERGENCE, c’est BRONSON, par BRONSON… Un album, plus tout à fait une nouveauté, mais surtout une succession d’EP de Remixes.

A l’origine de ce premier album, il y a un « side-project » qui réunit depuis 2018 le duo de Seattle ODESZA, Mills et Clayton KNIGHT et le producteur australien originaire de Sydney Tom STELL, alias GOLDEN FEATURES…

Depuis la sortie de l’album fin 2020, trois EP de 4 à 6 titres chacun ont été successivement dévoilés, dont un tout récent, au début de ce printemps 2021.

Sans doute verra-t-on bientôt la sortie d’un double album compilant versions originales et remixes, avec peut-être quelques inédits supplémentaires.

Alors, si vous n’avez que découvert BRONSON en écoutant l’un des remixes distingué récemment par la playlist d’EMERGENCE, autant vous encourager à ne pas manquer cette future sortie… en écoutant votre radio électro-diversifiée préférée.

EMERGENCE vous conseille ainsi d’écouter d’abord les trois versions originales avec collaborations de l’album :

–       Sur « HEART ATTTACK » celle de la britannique Laura Bettinson, alias lau.ra, alias FEMME, alias troisième membre d’ULTRAISTA avec les producteur et batteur de RADIOHEAD ;

–       Celle, encore, du « so-british » TOTALLY ENORMOUS EXTINCT DINOSAURS sur le magnifique « DAWN »,

–       Celle, enfin, de l’Afro-américain Christopher Joseph Gallant, alias GALLANT sur « KNOW ME ».

Ces trois titres originaux sont d’ailleurs abondamment et excellemment remixés par la « crème de la crème » des producteurs de la planète électro anglo-saxonne, tels l’Australien CASSIAN, les britanniques SKREAM, PROSPA ou TSHA pour « KNOW ME », l’Australien HAYDEN JAMES,  le britannique EATS EVERYTHING ou les Néerlandais de TUNNELVISIONS  pour « DAWN » ; l’anglais PATRICK TOPPING, le duo australien SET MO ou l’Irlandais KRYTAL KLEAR pour « HEART ATTACK ».

A noter le titre qu’EMERGENCE apprécie tout particulièrement : le martial « KEEP MOVING », aussi bien en « VO » qu’en « remixes » (notamment celui du britannique Henry Smithson alias RITON), pour lequel BRONSON a « samplé » le son d’une armée en marche…

Au final, entre « Electronica » et « Melodic House », cette première collaboration entre ODESZA et GOLDEN FEATURES – et l’ensemble de ses talentueux « Guests » est suffisamment riche pour qu’elle retienne toute notre attention.

BICEP ISLES

BICEP Isles

Au fil des mois, depuis le printemps dernier, quatre titres de BICEP étaient progressivement entrés dans les playlists EMERGENCE, avec à chaque fois une forte rotation, « Atlas », « Apricots », « Saku » et enfin « Sundial ».
On espérait prolonger ce « crescendo » hédoniste avec l’album qu’on nous annonçait pour le début 2021, sur le prestigieux label britannique Ninja Tune, multiple découvreur de talents.
Autant l’avouer tout de suite, on n’est pas déçu. Les quatre premiers morceaux ajoutés aux six autres titres originaux présents sur « Isles », font l’un des albums important de 2021.
Andy Fergusson et Matt Mc Briar nous ont ainsi concocté un petit bijou « house », digne successeur de leur premier album éponyme de 2017.
« Isles » est une nouvelle preuve que le duo connaît parfaitement ses classiques – il s’est fait une solide réputation il y a déjà une décennie en exhumant avec sagacité pour leur blog « FeelMyBicep » des pépites « house » et « disco ».
Mais « Isles » démontre aussi que le duo a su prolonger ses maîtres et influences, dépasser et magnifier ses héritages, pour commettre ici une succession de titres dans une cohérence d’ensemble dont peu d’artistes électro sont capables sur un seul et même album.
Aujourd’hui considérés comme « le meilleur produit d’exportation de Belfast » par la presse locale, les deux musiciens installés à Londres poursuivent ainsi avec « Isles » ce savant dosage entre énergie « rave » et « trance », échantillonnages de voix mystiques ou ethniques –  ici des chants bulgares et du Malawi – et de synthés planants, le tout emballé avec des lignes mélodiques imparables.
Les collaborations apportent de manière importante aussi à l’ensemble, qu’il s’agissent de la Londonienne Clara La San (sur « Saku » ou «X »), de la Canadienne Julia Kent (sur le remarquable « Rever ») ou de la Coréenne Machina, échappée de la K-pop sur « Hawks ».

Une fois les 10 titres encaissés, on se retrouve encore étonnés par le talent des compères, regrettant qu’il n’y en ait que 10, dans l’attente gourmande de la vague de remixes à venir… .

KASST – A Magic World (Afterlife)

01 – JANVIER 2021

KAS:ST A Magic World

Le duo KAS:ST, désormais référencé « avant-garde de l’électro française » vient de publier un troisième album, A Magic World, chez Afterlife recordings, très respecté label des TALE OF US.

Cette nouvelle livraison confirme la capacité de Karol et Manuel à fédérer les musiques actuelles dans leurs productions, au service d’une création musicale néanmoins très personnelle, et ne dédaignant pas au passage l’expérimentation.

Après Dysphoria et Euphoria sorti en 2016, puis Road To Nowhere  et Road To Nowhere  Remixes en 2019, A Magic World montre toute la diversité des références musicales de KAS:ST.

Le simple « VTOPIA », entré en playlist EMERGENCE dès novembre, avait déjà laissé entrevoir ce chemin syncrétique entre influences allant de Four Tet à Bicep en passant par James Blake et Floating Points.

Une telle démarche « utopique » annonçait donc un passionnant successeur à Road To Nowhere et son Remix. Le fait est que les quatorze autres titres de A Magic World confirment cette première intuition.

Y contribuent sans doute aussi, les collaborations fructueuses que Karol et Manuel ont su s’assurer avec les Québécois de HANSOM ELI sur « Our Last Dance » et « Who’s to Say What’s Real », du rappeur français HI LEVELZ sur « Hope I’m Alone », de la française BRUME, sur « Letters » et « Never Look Away » ou encore de l’anglais BE NO RAIN, sur le très pop « Siren ».

Les puristes reprocheront sans doute au duo parisien cette large ouverture créatrice vers d’autres univers musicaux, mais c’est précisément cette diversité qu’EMERGENCE apprécie, pour la revendiquer nous-mêmes pour l’ensemble de sa programmation.

Ses auditeurs comprendront ainsi d’autant mieux que KAS:ST y soit mis en lumière, pour leur plus grand intérêt.

HOWLING Colure

Colure, sorti cet été, est le second album du duo Frank Wiedemann / RY X, qui sort cinq ans après le premier, Sacred Ground, lui-même publié trois ans après un premier simple fondateur, qui a donné son titre au duo Howling.

Comme son devancier, Colure est un album solaire, ce que suggère d’ailleurs son titre, référence aux deux cercles virtuels qui passent par les méridiens des solstices et des équinoxes, événements majeurs des calendriers astronomiques des plus anciennes civilisations.

Au delà de cette référence « astronomique et extraordinaire », Colure reste toujours baigné des influences communes du duo, entre Soul et scènes alternatives, musiques actuelles, contemporaine et du Monde, soit de NIRVANA à RAVI SHANKAR en passant par STEVE REICH.

Colure continue ainsi à marier avec bonheur à la voix céleste de RY, les « beats » et boucles électroniques de Frank, éclairées de précieuses ornementations acoustiques signées RY.

Le duo propose un parfait syncrétisme entre la culture électro industrielle et germanique de Frank – la moitié du duo ÂME – et les expérimentations électro-folks et acoustiques de l’australien RY CUMINGS, commises en solo ou en trio avec son « side-project » THE ACID.

Colure devrait connaître le même engouement critique et public que Sacred Ground, avec des titres remarquables que viennent et viendront bonifier les versions remixées par les meilleurs producteurs électros.

Parmi les titres de Colure, EMERGENCE apprécie toutefois particulièrement The Water, parfait résumé musicale de l’album, débuté acoustique et « downtempo » pour grandir en une irrésistible extase rythmique, intensément fédératrice sur n’importe quel « dancefloor ». Colure, nouveau choix évident d’EMERGENCE signé HOWLING.

ROMARE – HOME

ROMARE Home

Troisième album d’Archie Fairhurst, alias ROMARE, Home est sans doute l’opus le plus accompli à ce jour du producteur house britannique.
Comme ses prédécesseurs, Projections en 2015 ou Love songs, Part two en 2016, Home mêle, avec un bonheur communicatif, rythmiques « house » et instrumentations acoustiques des plus variées pour éclater en une synthèse musicale parfaite, quasi-organique, qui vous pénètre, vous transporte et vous conquiert immanquablement au fil des écoutes…

Car Home est un album vers lequel on revient volontiers, sans éprouver un quelconque sentiment de lassitude tant mélodies ouvragées et orchestrations travaillées semblent ici révéler une démarche artistique d’une réelle originalité et personnalité, immédiatement reconnaissables, que beaucoup de producteurs électros voudraient bien donner à leurs musiques pour dépasser le simple exercice imposé pour « dancefloor »…

Parmi les 9 titres de cet opus court mais intense, derrière le single Dreams, qui figure depuis plusieurs semaines déjà en playlist EMERGENCE, on appréciera le nostalgique et choral Delivrance,  l’expérimental Home, l’afro house Gone, l’hymne The River, ou encore le voyage au paradis des boucles richement enchevêtrées proposé par Heaven, taillé pour s’attarder, en 10 minutes chrono sur le « dancefloor »…

Bref, Home, mérite bien le label « sélection album EMERGENCE » et donc de se laisser emporter à la maison, pour être indifféremment écouté ou dansé, entre fauteuils et canapé(s)…

NEUMODEL Rock

En 2015, on avait laissé les Parisiens Julien Amarenco et Elias Delage, alias NEUMODEL, avec la talentueuse Camille sur une plage d’EP titrée French Coast.  Après ce premier EP, Alphabet, suivont trois autres en 2017, 2018 et 2019, respectivement Mechanical, Unreleased  et Hip hop bounces from Paris, et enfin ce premier album en ce printemps 2020. Voici donc Rock, dont le titre aurait dû normalement faire fuir tout programmateur de musique électronique, mais pas le programmateur fou d’EMERGENCE… N’écoutant que son sens du contre-pied, EMERGENCE a dons jeté une oreille indiscrète sur Rock, pour découvrir une synthèse décalées et réussie entre rock métal énergique, électro vitaminée et pop synthétique… parfait pour une sélection album…   
L’album comporte huit titres, dont un seul dépasse tout juste 3 minutes, ce qui est finalement parfait pour les insérer dans une programmation entrecoupée d’infos culturelles ou de surprises sonores comme les aime EMERGENCE et, a-t-on la faiblesse de penser, ses auditeurs… 
Cinq de ces huit titres courts et intenses de Rock font appel à des collaborations de talents, en particulier vocales :
–       JOEY ARGUMENDO, rappeur texan de Houston, sur l’ouverture de l’album, Midnight in Paris ;
–       Pierre Edouard Hanffou, dit KIDDY SMILE, l’interprète du très « pop » et militant pour les droits LGBT Be Honest, sur HAYAH ;
–       Le Nigerian Kelechi sur Runaway ; 
–       Le londonien multi-instrumentiste virtuose AKA George sur FASTER ;
–       et enfin la rappeuse de San Francisco Blimes Brixton sur THEY ENVY US.
Les mentions spéciales d’EMERGENCE iront à HAYAH  et FASTER, pour leur urgence groovy et leurs lignes de basse obsessionnelles…

MOUNT KISMET Warmer Lanes

09 – MAI 2020
MOUNT KISMET Warmer Lanes
On avait découvert MOUNT KISMET à l’été 2018 avec le titre Prunes & Dunes, sur la compilation 4 titres du label de Tel Aviv, Disco Halal.
Puis en avant-première de l’album à suivre, courant 2019, toujours sur le Label de l’Israélien MOSCOMAN, on avait eu droit à Teenage Fantaisy  titre sur lequel était venu se poser la voix de la chanteuse franco-canadienne du groupe C.A.R.
Puis est venu ce Warmer Lanes, premier véritable album du trio germano-british, confirmant le partage de ses influences entre Londres et Berlin, sons expérimentaux et industriels, orient acoustique et occident électronique, musiques organiques et numériques, chaleur des polyrythmies venues du fonds des âges et fraîcheur des sonorités issues du silicium.
En dix titres, tous plus intéressants les uns que les autres, Warmer Lanes marie le meilleur de tous les mondes et de toutes les influences du trio, et illustre parfaitement les choix de programmation électro-diversifiée d’EMERGENCE.
Outre Teenage Fantasy, deux autres titres, In the Desert et Sheeba se détachent de l’ensemble, immédiatement suivis par Snake Dancer, Agfa, Arif et Targajh Movement 1 & 2. Au total, un album solaire, qui vous fera voyager les plus curieux vers des horizons parfois insoupçonnés.
Ecoute après écoute, cette sélection sera de plus en plus une évidence,  indispensable : MOUNT KISMET, Warmer Lanes, premier opus, mais longtemps encore en rotation sur EMERGENCE.

QUILA – Beautiful Hybrid Remix Project (Visionquest)

10 – MAI 2020

QUILLA Beautiful Hybrid Remix Project Part 1, Part 2, Part 3

Six ans après une première parution et ses remixes à suivre, faire revisiter son premier album par la crème des producteurs électros de la planète, c’est le défi créatif lancé par la Canadienne Anna Luisa Daignneault, alias QUILLA, « featuring vocal » très recherché, mais aussi compositrice et productrice électro de talent.

C’est le label franco-américain de Ryan CROSSON et César MERVEILLE, VisionQuest qui accueille ce Beautiful Hybrid Remix Project. Le concept reprend le titre de l’album 2014, Beautiful Hybrid, pour le proposer en trois disques noirs, Part 1, Part 2  et Part 3 qui se partagent dès lors 8 titres, à raison de trois chacun pour les galettes 1 et 2, et deux pour la troisième.

L’ensemble fait la part belle à l’électro expérimentale, minimale et « deep tech » chère à QUILLA (et à EMERGENCE !, d’où sa sélection…), entre Detroit et Berlin, par ailleurs les deux pôles principaux des activités électros de Ryan et César.   

Parmi ces 8 titres retravaillés, EMERGENCE vous en conseille quatre :

– A Million Broken Bikes, remixé par le Germano-Chilien Ricardo Villalobos & le natif de Detroit Shaun Reeves,

– Exploding Galaxies, remixé par le trio allemand Wareika,

– Labrynth Code, remixé par la Norvégien Terje Bakke,

– et Biological Clock, remixé par le « so british » Matthew Herbert Remix. Mais il n’est pas interdit de jeter une oreille au We All Have Shadow remixé par Ryan Crosson « himself », Time Travel Spies, revu par le natif de Bournemouth Craig Richards, A nouveau A Million Broken Bikes revisité par le Suisse Mirko Loko et enfin le Beans, Beans, Beans revu par le Lyonnais Agoria, qu’on ne présente plus sur EMERGENCE, tant il fait les belles heures de notre programmation. 

PART ONE PART TWO PART THREE

Encore +

FOUR TET Sixteen Oceans

08 AVRIL 2020

Onzième album en deux décennies de Kieran Hebden, alias FOUR TET, Sixteen Oceans  sort en ce début 2020 sur le label du DJ, producteur remixeur britannique, Text Records.

Un choix d’indépendance qui autorise une grande liberté créatrice à FOUR TET et explique les curiosités de ce nouvel album, curiosités dont EMERGENCE, férue de nouveautés et autres expérimentations musicales et artistiques, sera loin de se plaindre.

Avec Sixteen Oceans  FOUR TET continue à explorer et fusionner les genres hip-hop, jazz ou folk, pour nous révéler une musique électronique quasi « extatique », qui arrive à produire de manière assez paradoxale le sentiment de se trouver devant une son presque organique.

Parmi les titres de ce Sixteen Oceans qui témoignent de ce tour de force créatif,  EMERGENCE a identifié « Teenage Birdsong », bien sûr, sorti en single avant-première en 2019 et dont une version remixée « Overmono » a rejoint la playlist de la radio en mars.  

Mais on verra aussi comme autant de témoignages de cette ruse créatrice les titres « School », « Baby », « Something in the Sadness », « Love Salad » ou encore le magnifique « 4T Recordings », où le sample d’un chant d’oiseau donne la réplique à un chant sacré psalmodié qui semble venu de l’origine des temps humains.

Un regret cependant : l’absence sur Sixteen Oceans du très dansant « Lahaina Noon », à l’esthétique raga affirmé, où on verra un clin d’œil appuyé du Londonien aux origines indiennes maternelles     

Dire qu’on apprécie FOUR TET à EMERGENCE serait mal s’exprimer : ON ADORE, tant sa musique colle parfaitement à notre volonté de diversité électronique.

Dr D.